LENOIR ET MERNIER - LCAB

VISTEON : Ils se servaient dans la caisse du CE

25 Février 2010, 20:59pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Un membre du syndicat métaux CFDT ardennes, impliqué dans le détournement de l'argent du Comité d'entreprise.
A lire dans l’ardennais du 25 février
 :
cliquer ici

Ce responsable syndical CFDT Visteon était membre du bureau du syndicat métaux CFDT. Et dire qu'a l'époque, il avait refusé de soutenir notre action, mais n’avait pas hésité a voter la plainte, pour une simple histoire de blog, contre le représentant de notre association.
C’est écoeurant.

 

Voir les commentaires

Election du conseil régional

24 Février 2010, 17:43pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Comme chacun sait notre association se veut d’abord apolitique, chacun étant libre dans ses choix. Mais il faut convenir que le rôle des acteurs politiques influence l’avenir des entreprises et a fortement influencé l’avenir de Lenoir et Mernier-LCAB et les conséquences sur la situation actuelle des anciens salariés.

C’est pourquoi, sans donner de consigne de vote (ce n’est pas notre rôle), il est important de mettre à jour l’action des différents partenaires politique lors du dépôt de bilan et de la liquidation de Lenoir et Mernier-LCAB.

Excepté Boris RAVIGNON qui s'est prononcé pour la prime supra légale, qui a diligenté rapidement un audit et nous a obtenu un rendez-vous au ministère de l’économie, les autres membres de la droite Ardennaise, ont tout fait pour empêcher la reprise de Lenoir et Mernier-LCAB par le seul repreneur garantissant le maximum d’emploi.

L’action de Benoit HURE et du conseil général UMP et socialistes réunis (y compris les socialistes de Bogny-sur-Meuse) a été de nous enfermer dans des réunions stériles ou nous étions écoutés mais pas entendus. La reprise d’activité du plus grand nombre a été rejetée et notre demande d’indemnisation refusée.

Europe écologie et les verts dernièrement nous ont  demandé de participer a un débat avec Eva JOLY sur les patrons voyous, alors que nous ne les avons pas vus une seule fois sur le terrain avec nous. Et même quand nous menacions de déverser de l’acide dans la Meuse, ils n’ont eu aucune réaction. L’écologie sociale ne doit pas servir de prétexte à des ambitions électorales.

L’ensemble des autres petits partis ont été inexistants dans notre action, excepté le NPA à nos côtés du début à la fin.

Concernant les deux partis politiques constituant la majorité actuelle du conseil régional, le parti socialiste et le parti communiste, il nous est difficile de juger les organisations politiques elles-mêmes, car d’un côté on retrouve l’élu qui a le plus desservi notre action et de l’autre les élus qui nous ont le plus soutenu.

Michèle LEFLON (PC) Sylvain DELLA ROSA (PC), Claudine LEDOUX (PS) Yannick LANGRENEZ (PS) méritent toute notre gratitude pour le soutien et les actions qu’ils ont menées en faveur des salariés licenciés Lenoir et Mernier-LCAB.

Mais malheureusement leur président “socialiste“ Jean-Paul BACHY et qui se représente à nos suffrages, a été l’acteur politique qui nous a le plus fait défaut dans nos actions.

Après nous avoir entraîné sur le chemin de l’UIMM, il n’a pas engagé les moyens politiques afin de satisfaire a notre revendication de prime supra légale. Devant le mur d’incompréhension des pouvoirs public, nous avons demandé un médiateur, Jean-Paul BACHY a cosigné avec Christine LAGARDE (la ministre de SARKOZY) un communiqué condamnant notre demande. Ce même Jean Paul BACHY qui ensuite s’est empressé de signer avec le syndicat métaux CFDT un accord au rabais, en acceptant de fait (malgré l’intervention de Michèle Leflon) l’exclusion de notre délégation.

 

Le 14 mars prochain, chacun sera libre de ses choix, mais il était important pour notre association, et ceci sans esprit partisan, de clarifier, succinctement, le rôle des acteurs politiques face a un grave conflit comme celui que nous avons vécu.

IVR21_090801405NUCA_P--640x480-.jpg

Lenoir et Mernier, une entreprise de plus de 150 ans pillée et abandonnée.

Voir les commentaires

Dans le silence des défaillances

23 Février 2010, 20:40pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

A lire, un article sur Maître STACKLER l'administrateur judiciaire, dans sa gestion des entreprises en difficultées (y compris à Lenoir et Mernier-LCAB).
http://www.lunion.presse.fr/article/economie-region/dans-le-silence-des-defaillances

Voir les commentaires

Evénement

9 Février 2010, 16:49pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Dans le journal l’Humanité du 10 février, un grand article de Thomas Lemahieu sur l’entreprise HERMES de Bogny sur Meuse.

Pour la première fois les petites mains de la maroquinerie brisent le tabou du silence.

Cliquer ici :  link

Voir les commentaires

Cour d’appel de Reims

8 Février 2010, 09:02am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Jeudi 11 février à 17H00 (union locale Bogny sur Meuse), réunion des salariés en FNE et licenciés 2007, afin d’organiser le transport pour l’audience de la cour d’appel de Reims.

Voir les commentaires

Bruno CUNY débouté de sa plainte en diffamation

3 Février 2010, 18:19pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

La justice a été rendue aux anciens salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

En jugeant que les propos tenus dans le blog n’étaient pas diffamatoires, le tribunal a reconnu l’abandon du syndicat métaux sur le terrain des luttes et sa cupidité à vouloir récupérer le fruit de l’action des salariés, en nous excluant des négociations finales et de la signature du protocole de fin de conflit.

Les salariés ont fait des actions, les salariés ont fait des propositions, les salariés ont négocié des avantages sociaux, les salariés étaient donc en droit de terminer les négociations et de signer un protocole de fin de conflit.

Bruno Cuny, mais aussi Pascal Mauroy le secrétaire de l’union métaux champagne Ardennes ainsi que la fédération de la métallurgie CFDT, viennent de subir un véritable revers syndical.

Espérons que cette experience leur serve de leçon et que pas la suite, la base syndicale et ouvrière soit consulté et associé aux décisions les concernants.


Plus personnellement je voudrais adresser un immense merci aux nombreux soutiens lors de cette épreuve, qui malgré les apparences, ont parfois été difficiles à vivre, même si mes convictions sont toujours restées intactes.
Merci à la grande majorité des salariés Lenoir et Mernier-LCAB, qui pour la plupart sont pour moi de véritables ami(e)s.
Merci à Maître Médeau, plus qu’un avocat, un véritable homme de conviction et de terrain.

Merci a Eric, Rachid, Madjid les courageux membres du syndicat métaux qui n’ont pas suivi la meute.

Merci à l’union départementale et régionale CFDT qui ont condamné cette action en justice.

Merci aux unions locales CFDT Bogny sur Meuse, Revin, Givet, Rethel.

Merci aux nombreux syndicalistes CFDT, CGT, FO, Solidaire SUD, pour leur témoignage de sympathie.

Merci a Michèle LEFLON (PC), Claudine LEDOUX(PS), Nordine KADRI(NPA) et les militants politiques de tous bords qui reconnaissent l’action des Lenoir-LCAB.

Merci à l’association des anciens Thomé Génot et Ardennes Forge, nos amis a nos côtés depuis le premier jour.

Merci aux membres du collectif pour la défense de l’emploi et du développement industriel des vallées de Meuse et Semoy.

Merci au collectif de résistance ouvrière (CRO).

Merci à la famille, aux anonymes, aux amis qui savaient que la vérité était du côté des salariés.

Merci à ceux que j’ai oubliés.

Merci a ma femme et mes enfants.

 

Enfin pour répondre à une question qu’on m’a posée : Oui, je suis en droit de demander réparation pour le préjudice subi, la dénonciation calomnieuse et la procédure abusive. Mais je ne le ferais pas par respect pour les adhérents CFDT qui malgré eux, ont payé le procès qui m’a été fait. Je me refuse à leur faire payer les réparations dues aux exactions d’un syndicat suicidaire.

Claude CHOQUET


Capture01.jpg



Voir les commentaires

Correctionnelle

1 Février 2010, 07:57am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Le rendu du jugement dans l’affaire Bruno CUNY/Claude CHOQUET aura lieu mercredi 3 février à 13h30 au tribunal correctionnel de Charleville-Mézières.

Voir les commentaires