LENOIR ET MERNIER - LCAB

Après les discours, les salariés attendent des actes

22 Mars 2008, 18:35pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

18 Décembre 2006, lors de la venue de Nicolas SARKOZY dans les Ardennes :  « J'ajoute que, quand je pense aux salariés de Thomé-Genot, je n'ai aucun état d'âme à ce que les pouvoirs publics assument les conséquences de tels désastres sociaux, lorsqu'ils se sont révélés aussi défaillants et impuissants à les prévenir ».

 

§  Dans un communiqué du 15 février la préfecture s’engage auprès des salariés à soutenir la demande d’entretien à l’UIMM pour l’indemnisation des salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

§  Dans un communiqué en date du 18 février L. VUIBERT (Secrétaire de l’UIMM Ardennes) demande à l’état de prendre sa responsabilité dans le versement d’une prime au personnel licencié.

§  Dans une lettre en date du 20 février, F Saint-GEOURS (Président de l’UIMM national) admet le caractère particulier de la situation des salariés au regard de leur qualification.

§  Dans une lettre en date du 21 Février, G. SPIRE (président de la chambre du commerce) reconnaît les circonstances particulières et soutient la demande de rendez-vous à l’UIMM pour l’indemnisation des ex-salariés.

§  Dans un communiqué du 4 mars, E. PILARDEAU (Maire de Bogny-sur-Meuse) soutien la prise en compte des revendications du personnel Lenoir et Mernier-LCAB.

§  Dans un mail du 13 mars P. CORDIER (Conseiller général) informe qu’il prépare des solutions intéressantes.

§  Le 14 mars, M. LEFLON (Conseillère régionale) porte plainte auprès de la gendarmerie contre l’UIMM afin que soit indemnisé les salariés.

§  Dans un Mail en date du 15 mars, B. RAVIGNON (Conseiller général) ne voit pas de raisons de faire de différences entre Thomé Génot et Lenoir et Mernier.

§  Dans l’Ardennais du 20 mars P. VUILQUE (Député) soutien la demande d’un médiateur.

§  Dans une lettre adressée aux salariés le 22 mars, J.P. BACHY (Président du conseil général) reconnais le principe d’une réparation du préjudice moral.

§  Au conseil général du 22 mars, B. HURE (Président du conseil général) propose une table ronde et accepte de négocier sur les bases d’un accord proposé par les salariés et reprenant le principe de l’accord Thomé-Génot.

 

L’ensembles des acteurs économiques et politique toutes tendances confondues reconnaît le caractère exceptionnel et particulier des ex-salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

Chacun à divers degrés est favorable à une indemnisation.

Le préjudice moral semble reconnue et sa spécificité ne pouvant ainsi créer de précédents.  

Si l’indemnisation en toute logique aurait due être versée par l’UIMM, il n’est pas exclus que l’ensemble des collectivités locales et des services de l’état participe à cet effort de solidarité.  

Il est inconcevable de reconnaître le caractère exceptionnelle et de soutenir une indemnisation par les employeurs et ne pas s’engager solidairement.

 À n’en point douter les contribuables apprécieront cette démarche, comme ils l’ont approuvé pour les salariés de Thomé-Génot.

Les dispositifs existants pour les entreprises du département ou de la région, vont dans le bon sens, mais ne sauraient satisfaire les salariés dans l’indemnisation de ce que tout le monde s’accorde à reconnaître, sans vouloir en assurer son financement.

Nous en appelons à la compréhension des pouvoirs publics afin de ne pas faire du mardi 25 mars un nouvel échec des négociations, qui conduirait inévitablement a une profonde déchirure.

 

SUITE 

 

Hormis Michèle Leflon, aucun des élus n’a concrétisé ses paroles ou ses écris dans les actes.

Les élus de gauche nous ont entraînés contre l’UIMM, sans jamais avoir la volonté politique d’aboutir. Ils nous ont menti !!!

Les élus de droite fidèles à eux-mêmes ont jusqu’au bout protégé le portefeuille des patrons honnêtes ou malhonnêtes.

L’UIMM (patrons de la Métallurgie) Unis derrière leur ex-président Gautier Sauvagnac, n’ont jamais voulu dénoncer un comportement pouvant conduire à la liquidation d’une entreprise.

L’état et la préfecture incapable de gérer la situation ont  laissé s’enliser un mouvement, aggravant ainsi l’image d’un département sinistré.

L’union sacrée BACHY, HURE, COMOLLI, VUIBERT accompagné des satellites Vuilque, Cordier, Pilardeau, Ravignon, Collet, Blondel, unis dans un front commun contre les salariés Lenoir et Mernier-LCAB, porteront longtemps la responsabilité de ce gâchis humain.

 

 

Commenter cet article

Claude 30/03/2008 21:44

Muriel, Bernard, des actes individuels ne peuvent être assimilés à une action collective. Faire d’un cas une généralité brise la solidarité.
Concernant Levrézy, l’usine est programmée pour être démolie, les machines vendues aux enchères et la ferraille aux ferrailleurs. Donc rien de bien grave.
En tout cas, j’ai apprécié votre présence et le courage de vos actions et je n’accepterai jamais que quelqu’un vous critique.
Amicalement

bernard et muriel 30/03/2008 21:26

On est toujours avec vous! mais les évennements ont pris une telle ampleur que nous ne pouvons cautionner ce genre de comportement et c'est bien regrettable. Le fait de casser tout à Levrezy, de voler, de bruler une partie de l'usine Lenoir en sachant trés bien que nous étions absents et que nous avions des biens personnels stockés dans cette usine... alors où est la Solidarité! avez-vous penser aux personnes qui doivent retravailler prochainement et aux conséquences de tels actes! Non on ne le pense pas!

muriel et bernard 29/03/2008 11:42

Juger les gens et coller une étiquette parce qu'ils travaillent dans la scop ou ailleurs c'est tellement facile.A la scop,à ses dirigeants et à l'ensemble du personnel nous leur souhaitons de réussir et de continuer à se battre pour sauver leur entreprise. Birobalai tes propos tu te les gardes, ne parle pas de choses que tu ne sais pas! Tu devrais plutôt les encourager. Bravo à Alain, à Gillou pour leur sincérité et leur dévouement.

ren 27/03/2008 06:49

merci gillou

gillou 27/03/2008 06:43

pour répondre a birobalai je te signale quand
que nous on est quand a notre troisieme dépot
de bilan chez lcab tout ca a cause de dirigeant comme tu dit si bien qui sont parti
en nous liquidant et nous laissant tous sur
le carreau alors laisse la scop travaillez

Pascale 26/03/2008 08:02

Un grand merci à Mnd LEFLON, qui nous avez soutenu depuis le début. Tout ces grands messieurs devraient prendre exemple, ils apprendraient ce que veut dire liberté, égalité, fraternité ! La solidarité, eux ne la connaissent que dans leur porte monaie. Encore un grand merci, et chapeau Mnd Leflon

Birobalai 24/03/2008 18:36

La situation des Lenoir et Mernier est grave mais celle des personnels de la SCOP l'est beaucoup plus et malheureusement ceux ci ne s'en rendent pas compte. Il y a bien longtemps que le principe des SCOP a fait long feu.Aucune SCOP n'a jamais marché dans les Ardennes. Une entreprise, ça marche avec un dirigeant sérieux et tout le monde n'a pas cette capacité. Quelques personnes qui se prennent pour des cadors mais qui ne sont que des rêveurs voire des illuminés ont vendu du rêve à leurs camarades et les entrainent dans une aventure sans lendemain dont ils sortiront
définitivement brisés,et il sera trop tard pour pleurer. Cela m'attriste au plus haut point.

robert 23/03/2008 20:36

faut arreter la gueguerre scop ou pas scop ( on a un slogan qui dit bien !tous ensemble !alors restons le )j'espere que mardi nous le serons tous...et que l'on gagne ou pas on ne peut que etre fiers de ce que l'on fait..des liens d'amitié se sont noués et il n'y a que cela qui compte!!bon wee-kend de paques a tous

claude 23/03/2008 19:02

Mais non, mais non, Alain, ce n’est qu’une toute petite minorité et pour de petites incompréhensions entre les dirigeants maladroits de la SCOP et ceux qui veulent protéger maladroitement l’outil de travail qui reste.
Rien de bien méchant et sûrement pas assez pour empêcher la mobilisation pour gagner.

alain 23/03/2008 18:15

Je destine ce message aux personnes qui s'en prennent à la scop afin de leur dire qu'il se trompent de cible et que le coupable ce n'est pas la scop mais JARLOT, je sais trés bien que le souhait de plusieur personnes et qu'on se casse la gueule mais dans quel but autant de méchanceté ?
Nous empéché de prendre les piéces que l'on a acheté est pitoyable car il ne faut pas oublier que depuis le début les gens de la scop sont présents, et même aprés leur journée de travaille ils viennent continuer le combat
Je plain les personnes qui vont retravailler chez Ancos car si ils en prennent autant dans la gueule que nous ?, et pourquoi pas aussi les personnes qui vont travailler ailleurs tant qu'on y est.
Au lieu de se serrer les coudes on est en train de se diviser, alors réflechissons au fait que nous pouvons continuer de nous battre pour nos droit au lieu de se battre entre nous

Michèle Leflon 23/03/2008 15:26

Je ne renierai pas le communiqué du conseil régional, puisque j'en ai inspiré certaines idées, mais je n'en apprécie pas sa communication tel quel !
Mon premier reproche n'est pas lié à la situation des Lenoir et Mernier/LCAB mais est une question de méthode de travail fondamentale : les dispositifs, quelqu'ils soient ne sont efficaces que s'ils ont été travaillés avec les intéressés. C'est pour cela que j'avais souhaité engagé le travail, sur les aides à la reconversion, pour que l'on puisse, dans un aller retour avec vous, en anticipant sur la fin du conflit pour avoir le temps, élaborer ce dont vous ont vraiment besoin. Depuis cela a fait des petits : le communiqué de la préfecture, rapportant la réunion de travail qui n'aurait du n'être que préparatoire à une réunion avec les Lenoir et Mernier/LCAB, les annonces du conseil général et maintenant ce communiqué du Président du Conseil Régional. Il va falloir mettre de la cohérence dans tout cela, et avec vous !
Mon deuxième reproche est la place de ce communiqué dans ce conflit : la réaffirmation que le conseil régional restera dans ses compétences, réaffirmation que je partage, ne peut exonérer les élus du conseil régional et son président d'être des citoyens comme les autres, mais des citoyens qui doivent aussi être exemplaires. Il manque dans ce communiqué l'exigence de véritables négociations avec l'Etat qui doit accepter la nomination d'un médiateur, non seulement pour faire bien, mais pour reprendre contact avec l'UIMM qui doit faire un geste significatif, de véritables négociations avec l'Etat qui doit aussi sortir du discours coincé du communiqué de C. Lagarde et témoigner effectivement de sa solidarité avec les difficultés économiques des Ardennes. Au fait, le fond de revitalisation des Ardennes, financé par des groupes comme celui de Glaverbel, qui ont licencié dans les Ardennes, il sert à quoi ?

Charlie D. 23/03/2008 15:19

J'espère de tout mon coeur, que vous tiendrez jusqu'à satisfaction.
Les hauts placés jouent une tactique bien connue : l'essouflement, la démoralisation pour qu'au final, s'il y a toujours une petite résistance, ils fassent mine de céder en ne donnant quelques miettes d'une tirelire bien rempli.

J'espère de tout mon coeur que vous gagnerez pour qu'enfin les salariés, les ouvriers retrouvent leur dignité, leur fierté d'être humain. Pour qu'enfin, ils ne se fassent plus prendre pour une "marchandise" corvéable à merci. Pour qu'enfin, ils se fassent respecter !

Ne rien lâcher pour qu'enfin gagnent les ouvriers !
Solidarité

nicole 23/03/2008 10:38

Si,(ce qui m'étonnerais)il y a quelque chose à vous reprocher,ce n'est pas d'être rester les deux pieds dans le même sabot! Quand on relit(l'historique) de vos revendications.Vous avez ,à n'en pas douter contacté ou vu toutes les personnes susceptibles de vous aider.sans succès hélas !Mais quand on sait que Madame Dati se permet de louer pour 40000euros de fringues chez un grand couturier pour parader ,ça donne une idée de l'état d'ésprit de ses gens là! pour ne parler que d'elle ,mais déjà ça,c'est écoeurant .Alors je doute fort que vos problèmes les atteignent!Tu sais Lydie,je ne suis pas de nature pessimiste,tu me connais!mais sur ce coup là ,je me dis que ce sont encore des paroles en l'air,quand tu lis ce qu'ils vous proposent,ça ne veut rien dire ! et la prime que vous réclamée!on en parle plus? Si il y en a qui baissent un peu les bras ,il faut peut-être les comprendre aussi ,ses journées interminables à battre le pavé jouent sur tout, y compris sur la vie de famille ,ce n'est facile pour personne ,quoi qu'il en soit ,profitez bien des derniers moments que vous vivez ensemble ,aprés, il vous faudra reprendre tout à zéro,mais les Ardennais sont courageux ils se relèvent toujours

kevin (neveu) 23/03/2008 10:33

MARDI TOUS ENSEMBLE A LA PREFECTURE
TOUS SOLIDAIRE

lydie 23/03/2008 07:44

bon week end a vous tous , et j'espére que mardi tous ces grands monsieurs et et ces grandes dames penserons a nous , car nous nous avons un coeur énorme et des liens d'amitié se sont créé , claude prends soin de toi bisou rita et merci pour message cela ma fait chaud au coeur , BISOUS A TOUS

manu 22/03/2008 21:10

moi aussi j ai eu la lettre ils nous propose que des paquerettes si ils ne donnent rien de plus mardi gare au procés fourniret

kelkune 22/03/2008 20:48

c'est bien ce que je pensai mais comme tu dis c'est à nous de nous défendre, en tout cas je serai là, afin de mener tous ensemble ce combat à la victoire !!!Mais quel que soit le dénouement Merci pour tout Claude !!!

Claude 22/03/2008 19:36

Je pense que ta deuxième question est la bonne. Rien n'est gagné, rien n'est perdu.
Mais on défendra chèrement notre peau, et même si certain commencent à se mettre a genoux, nous devons tenir afin d’être fier du combat que nous avons mené solidairement et jusqu’au bout.

kelkune 22/03/2008 19:13

j'ai reçu aujourd'hui un courrier de M. BACHY et suppose que tout le monde la eu également, mais je n'arrive pas à voir le sens de cet envoi, es-ce pour lui un moyen de démentir ce qui est passé dans l'Ardennais ou juste pour nous dire qu'on aura uniquement les aides mises en place par la Région et ne s'attendre à rien d'autre mardi. Merci de me dire ce que tu penses Claude