LENOIR ET MERNIER - LCAB

la justice face à Lenoir et Mernier

16 Mai 2008, 19:16pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Lenoir et-Mernier / L'ex-directeur mis en examen  (l'ardennais du 16 mai 2008)

http://afp.google.com/article/ALeqM5iUvK-s1Hvwu4qSoVEDVQO3ggISzQ















Philippe Jarlot.

Trois Ardennais ont été mis en examen hier matin dans le cadre de l'enquête concernant les malversations dénoncées par les ex-salariés de Lenoir-et-Mernier, cette entreprise de Bogny-sur-Meuse liquidée à la fin 2007.
L'ancien directeur de la SAS Lenoir-et-Mernier, Philippe Jarlot, l'ancien ferrailleur William Golinval et une ex-salariée de la société FAV-LCAB sont soupçonnés d'être mêlés à des abus de bien social, recel d'abus de bien social, abus de confiance ou banqueroute. Ces arrestations sont l'aboutissement des premiers mois de l'enquête menée par le SRPJ de Reims depuis le début de l'année.
Ariane Douniol, substitut du procureur qui a repris les dossiers financiers au parquet des Ardennes depuis le début du procès Fourniret : « Des dysfonctionnements avaient été révélés à l'occasion de la procédure collective ouverte à l'encontre des sociétés Lenoir-et-Mernier et FAV-LCAB et aujourd'hui, nous estimons avoir réuni suffisamment d'éléments pour mettre trois personnes en cause. Ces trois anciens dirigeants et salariés ont été placés en garde à vue mardi matin et déférés ce jeudi devant un juge d'instruction de Charleville-Mézières ».
Selon le parquetier, les malversations se sont étendues sur plusieurs années. Elles ont même continué après le placement de l'entreprise en redressement judiciaire en mai 2007, alors qu'un administrateur avait été nommé.
Les trois mis en examen ont été laissés libres, avec un contrôle judiciaire particulièrement strict comportant notamment une caution élevée. L'ancien dirigeant de la SAS Lenoir-et-Mernier est également sous le coup d'une interdiction de gérer. Ils encourent au maximum cinq ans de prison et une amende s'élevant à 75.000 euros ou 375.000 euros en fonction des chefs de poursuites.
Aujourd'hui, les investigations se poursuivent sous le contrôle du juge d'instruction carolomacérien.

Christelle Lefebvre



Les réactions


Claude Choquet, porte-parole des salariés : « On se réjouit que la justice ait suivi ce dossier, car il faut qu'un jugement soit rendu en mémoire des nombreux emplois perdus. L'ancien directeur va devoir s'expliquer, d'autant que la caution de remise en liberté s'élève à 400.000 €.
L'intérêt d'une telle décision est que les salariés, par le biais des prud'hommes, vont peut-être plus facilement obtenir une juste indemnisation pour le dommage subi »
.
Xavier Médeau, avocat des salariés : « Je me félicite de l'efficacité des services d'enquête. Ces mises en examen confirment les soupçons des salariés. On ne peut toujours pas chiffrer l'ampleur des malversations, mais on a désormais des éléments permettant d'affirmer que la liquidation n'est pas liée à une quelconque conjoncture ou mauvaise passe économique, mais bien à une volonté délibérée de piller les fonds de l'entreprise. Ces mises en examen marquent également la volonté de la justice de faire aboutir ce dossier au plus vite ».
Pascal Masséna, actionnaire du groupe ABH qui contrôlait l'entreprise ardennaise : « Une mise en examen ne veut pas dire culpabilité.
Mais s'il y a eu des fautes, il faut qu'il y ait condamnation. C'est le moins que l'on puisse attendre de la justice vis-à-vis des dizaines de salariés restées sur le carreau.
Mais cette décision peut aussi être l'arbre qui masque la forêt. Il faudra aller chercher plu loin dans ce dossier… »
.
Ahmed Harir, avocat de Philippe Jarlot : « Mon client sort très fatigué et affecté de 48 heures de garde à vue durant lesquelles il s'est longuement expliqué devant les enquêteurs. Je n'ai pas de commentaires à faire sur sa mise en examen, mais nous nions toute malversation de sa part dans ce dossier.
Il ne s'est pas enrichi au détriment de la société et n'est pas à l'origine de la faillite de Lenoir-et-Mernier. J'ai confiance dans l'efficacité de la justice qui ne manquera pas de mettre son innocence en évidence »
.
Erik Pilardeau*, maire de Bogny : « Je n'ai pas de jugement à porter tant que la justice n'a pas suivi son cours. Il faut maintenant que l'instruction se poursuive et que toutes les investigations soient menées pour connaître enfin les tenants et les aboutissants de ce drame social. Ce serait, en effet, une bonne chose que les salariés sachent pourquoi on les a privés de leur gagne-pain ».
Pierre Cordier, conseiller général : « Je n'ai pas pour habitude de commenter les décisions de justice. Mais on sait que, souvent, il n'y a pas de fumée sans feu.
Beaucoup de salariés avaient d'ailleurs constaté des irrégularités dans la gestion de cette entreprise, que ce soit sur le site de Bogny ou celui de Gespunsart.
S'il s'avère que ces mises en examen sont fondées, ce serait la confirmation des doutes exprimés par de nombreux observateurs.
J'espère seulement que la vérité sera mise au jour car on sait pertinemment qu'on a tous été trompés et floués dans cette affaire qui fera date »
.
Propos recueillis par Pascal Remy et Jean-Claude Roussel

 

*Erik, on sais déjà pourquoi on est privé de notre gagne pain, et on sais aussi pourquoi on nous a enfoncé.

Commenter cet article

gillou 18/05/2008 19:16

a vous tous j'espère que ces mises en examen
vont aboutir a quelque chose de concret pour
nous tous les ex-salariés de lenoir-lcab et que l'on pourra tous assister a l'audience du
procés de ces trois personnes car pour nous tous se sera le début d'une victoire largement
mériter et un soulagement pour moi et mes camarades,j'espère que tout le monde et de mon
avis.amitié sincére de la part d'un des votres!!!!

ALAIN 18/05/2008 10:30

Pascal
Je ne critique en rien les autres salariés quand je parle des personnes qui on fait dans leurs frocs je parles de certains politiques car je ne me permettrai pas de critiquer les copains qui étaient là chacun venaient aux actions aux rythme de leur temps libre car je sais bien que personne ne pouvait être là en permanence

nicole 18/05/2008 07:33

bien sur du'il faut être satisfait que Jarlot soit puni,mais il faut pas oublié les autres qui étaient avec lui!il n'était pas tout seul quand même!il y en a sûrement d'autres qui ont bénéficié de ses largesses!! je voudrais interpeller(le sportif du dimanche) qui c'est offusqué lors du circuit des Ardennes parce qu'une horde de sauvages ne réclamaient que leur dû ! êtes vous toujours dans le même état d'esprit? si vous avez lu ou écouté les infos ,avez vous toujours la même opinion de ses gens qui nous gouvernent ?j'espére que vous avez révisé votre jugement!

pascal b 17/05/2008 22:10

moi je suis particulierement heureux que jarlot soit en examen et que justice soit faite!!!
Sans critique sur les autres salariés dans les actions menées

ALAIN 17/05/2008 19:39

Lydie tu as entierement raison, à cause d'un patron sans scrupulesla boite ou ta famille à trimer sang et eau afin de conserver ses emplois, ces usines chères à notre vie,et bien maintenant tout est mis au panier, plus de passé, plus d'avenir ou allons nous, et j'en reviens encore à cela si certain politiques avaient fait leur travail peut-être que nous n'en serions pas là, mais heureusement et je veux y croire peut-être que la justice va nous redonner du beaume au coeur
Mais sache Lydie que ce que nous avons fait est un acte de bravoure, les combats, les manifs les affrontements avec les forces de l'ordre, et bien tout ceci nous devons en être fier, j'ai dis bravoure car certaines personnes don je tairai les noms on plutot fait dans leurs frocs et non pas dans la bravoure
Mais ne t'inquiéte pas le sourire revient mais faut bien se dire une chose mais si le sourire nous ne l'avions plus nous avons toujours notre FIERTE

LYDIE 17/05/2008 10:01

Claude le J'ACCUSSE arrive a bon therme et cela me réjoui,car pour nous c'est pas perdu , la dignité va reprendre le dessus pour nous tous .Merci ces messsieurs de la justice qui font tout pour montrer se que cet HOMME nous a fait beaucoup de mal.Pour moi 30 ans dans la boite familiale pére ,grand pére,soeur,tante ,amis , maintenant que justice sois faite !!!!! bon week a tous et a bientot j'espére pour de bonnes nouvelles , LE SOURIRE REVIENT

alain 17/05/2008 09:41

Tu as raison Nicole, il doit payer mais hélas ce n'est et ce ne sera pas le seul soit disant Parton à profiter des ouvriers ni à détourner de l'argent, car bien que cette affaire soit jugé et à mon avis si c'est jugé c'est bien grace aux combats que nous avons mené et non aux politiques qui eux se rangerons toujours du cotè patronnal nous en voyons la preuve car depuis le début on nous a bel et bien mené en bateau j'en arrivais même pour ma part à penser que c'était JARLOT la victime et non les OUVRIERS car nous n'avons eu aucun soutien des élus bien au contraire ils était là pour nous enfoncer encore plus.
Dans élus je ne parle pas de tout le monde car heureusement pour nous il y avait de vrais politique qui se battaient avec nous
Mais les politiques collabo dont je parle se reconnaitront car moi à leur place je ne serai pas fier d'avoir laissé tombé des ouvriers victimes des malversations d'un patron
C'est à ce demandé si c'est personnes là ne devrai pas être mis en examen aussi pour non assistance à ouvriers en danger

nicole 17/05/2008 07:29

(Mmosieur)Jarlot vous êtes pitoyable à voir! que croyiez vous?que toutes vos saletés allaient restées dans l'ombre? même si vous bébéficiez d'appui votre nom est à jamais entaché, votre famille peut être fière de vous !à moins que tout le monde bouffe dans la même gamelle ,ce qui ne serait pas étonnant ,dans ce milieu pourri par le fric ou ,tout le monde écrase tout le monde !!le fric est roi ,le fric même sale permet toutes les bassesses!!!la roue tourne mon vieux!à vous de ruminer maintenant! faites de beaux rèves !