LENOIR ET MERNIER - LCAB

Jean Marie LAMBERT est pour les délocalisations

6 Avril 2010, 14:31pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

 

Dans l’ardennais de mardi (liens ci-dessous) Jean Marie LAMBERT le repreneur de Lenoir et Mernier rebaptiser Affel’m, se déclare un fervent défenseur des délocalisations.

Monsieur LAMBERT est vice-président du syndicat des petites et moyennes entreprises (CGPME) et de la chambre du commerce et d’industrie des Ardennes (CCI), ce qui rend les propos tenus dans le journal d’autant plus grave pour l’industrie Ardennaise.

En ne misant que sur l’évolution technique et les produits sophistiqués à haute valeur ajoutée, Jean Marie Lambert joue les utopistes, car actuellement la politique de délocalisation entraînera inévitablement le déclin industriel de nos entreprises de mains d'oeuvre Ardennaises.

M. LAMBERT pense que 20% des entreprises ardennaises vieillissantes sont en passe de disparaître, faute de transmission du savoir-faire. Cette fois il a raison, mais que fait la CGPME, la CCI pour favoriser des formations sur les métiers porteurs mais en voie de disparition ou pour la transmission des compétences dans les entreprises.

Et pour terminer Jean-Marie Lambert pense que beaucoup d’entreprises sont dans le rouge. Bien sûr quand on voit le nombre d’entreprises de notre département pillées par des patrons voyous, pressées comme des citrons par des industriels attirés uniquement par les aides de l’état et des collectivités.

ASCOTT’S était une bonne initiative pour la mutualisation des compétences des entreprises, mais pour que cela marche, il ne faut pas vivre en autarcie entre employeurs, mais faire participer l’ensemble des acteurs économiques d’une entreprise.

Mais cela Monsieur LAMBERT ne sait pas faire, car sa politique, c’est de régner en maître absolu.

Dommage !!

LIENS : Cliquer ici et ici et ici

 

Photo-33335.jpg

        Les relations sociales selon M. Lambert : Il fait bloquer le local syndical !!!

 

Commenter cet article

Claude 11/04/2010 19:24



Délocalisation à fonds publics chez Trèves la
preuve!  L’Humanité produit un document qui établit le transfert en Roumanie des productions de PTPM, malgré 55 millions d’euros d’aides
publiques. Le gouvernement aura aidé le groupe Trèves à détruire son outil industriel en France. Ici



Claude 08/04/2010 15:11



La Fonderie COLLIGNON annonce 9 licenciements et uniquement des ouvriers de production. Cette entreprise de 210 salariés est dirigée par le président des fondeurs Ardennais.


Nul doute que cet homme bien avisé, procédera par vagues de neuf licenciements pour éviter l'obligation d'un plan social.


 


 



philippe 07/04/2010 17:27



tres bien ce reportage,il ressemble un peu a notre combat malgre que c'est pas la meme cause.je trouve le resultat scandaleux,20 minutes ont suffit au tribunal pour detruire la vie
a 190 familles qui ont mis tout en oeuvre pour garder leur emploi.ils vont partir avec 20.000 euros chacun,en gros 4 millions d'euros,je dirais une misere,quand on voit dans ce reportage une
ancienne personne qui faisait partie du groupe, qui a une fortune personnelle estime a 400 millions d'euros et la seule chose ou il a investi c'est un muse de la caravane a 12 millions
d'euros.quelle honte!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Claude 07/04/2010 09:50



Un super émission a eu lieu mardi soir dans « Enquête et révélation ». L’histoire de la société
Hymer en Alsace qui en novembre 2009 était placée en redressement judiciaire. Une usine de fabrication de caravanes et camping-car dont la production sera désormais assurée en Allemagne (une
délocalisation cher a Monsieur Lambert).


Seulement les 190 salariés ont décidé de se battre pour préserver leur emploi. Pendant plusieurs mois une
équipe de journaliste a suivi le combat quotidien de ces ouvriers, jusqu'à la négociation finale.


Un reportage qui n’est pas sans rappeler l’hiver 2008 et la lutte des Lenoir et Mernier-LCAB.


Pour voir ce reportage : Cliquer
ici et cliquer sur enquêtes et révélations.



robert 06/04/2010 18:29



ce monsieur lambert  qui demande de l'huile de coude  sur le dos des ouvriers pour engraissé qui ? certainement pas les ouvriers;ce monsieur (je dis monsieur pour resté poli)ne 
doit pas avoir de jugeote pour osé parler de delocalisation!!lui qui siege au hautes sphere  ardennaise