LENOIR ET MERNIER - LCAB

Appel des syndicats CFDT, CGT, Solidaire, CFTC, UNSA, CGC

29 Septembre 2011, 10:07am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Une taxe de 35 euros pour agir en justice

Le 29 octobre les députés ont votés en cachette une réforme qui s’appliquera dès le 1 octobre 2011.

Il a été décidé d’une taxe de 35 € pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud'homales remettant en cause la gratuité de la procédure et, de fait, l'accès au juge pour des milliers de salariés, consommateurs, locataires, etc.

La remise en cause de la gratuité de la procédure, c’est l’instauration d’un obstacle supplémentaire pour que les citoyens ne puissent pas demander la reconnaissance de leurs droits et la  réparation de leurs préjudices !

-   C’est 35 € pour cette salariée qui demande la communication de ses bulletins de paye  ou documents de fin de contrat, cela fait cher la photocopie !

-   C’est 35  € pour les salariés victimes d’accident du travail ou de maladies professionnelles qui demandent la juste indemnisation de leur souffrance.

-   C’est 35 € pour les citoyens-consommateurs qui voudront mettre en cause, pour recouvrer des sommes souvent modestes, le fabricant d’un produit défectueux, ou, la grande surface, leur banque ou compagnie d’assurance, le fournisseur indélicat qui n’honore pas son contrat…

-   C’est encore 35 € pour les locataires qui demandent la restitution de leur dépôt de garantie aux propriétaires.

-   C’est aussi 35 € en plus qui seront mis au final à la charge des emprunteurs ou des locataires qui ont des difficultés pour payer leurs dettes, et sont assignés par leurs créanciers.

Cette mesure intolérable entrave l’accès au droit et a la justice.

 

Avec les organisations syndicales exigeons le retrait de cette taxe de 35 € et d'ores et déjà appelons tous ceux pour qui le mot Justice a encore un sens, à exiger par tous moyens l’abrogation de cette loi, qui favorise une fois de plus les riches et les patrons.

AGISSONS ENSEMBLE

Pour la gratuité de la Justice

 

justice-injustice [640x480]

 

Voir les commentaires

Petite histoire pour comprendre la crise.

25 Septembre 2011, 15:43pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

La crise des ânes...

Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village.Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l’entendre qu’il achèterait cash 100 euros l’unité tous les ânes qu’on lui proposerait.

Les paysans le trouvaient bien un peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie.

Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 € par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes.

Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l’avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu’il n’en restait plus un seul, il fit savoir qu’il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours et il quitta le village.Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu’il venait d’acheter et l’envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 € l’unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu’ils l’avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent.

Comme il fallait s’y attendre, les deux hommes d’affaire s’en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu’au cou, ruinés.

Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l’âne s’effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s’en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s’il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune.

Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l’argent aux habitants du village pour qu’ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement. Voyant sa note en passe d’être dégradée et pris à la gorge par les taux d’intérêts, la commune demanda l’aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu’elles ne pouvaient en aucun cas l’aider car elles avaient connu les mêmes infortunes. Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses : moins d’argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l’âge de départ à la retraite, on supprima des postes d’employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C’était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes.

Cette bien triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des Bermudes, achetée à la sueur de leur front. On les appelle les frères Marchés. Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne électorale des maires sortants. Cette histoire n’est toutefois pas finie car on ignore ce que firent les villageois.

Voir les commentaires

C’est la rentrée…Tardive !

21 Septembre 2011, 10:23am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Les vacances et une panne Internet ont obligé ce blog à faire une longue pause.

Tout est revenu dans l’ordre, sauf peut-être certains commentaires qui ne peuvent toujours pas s’inscrire.

Concernant les nouvelles fraîches, le jugement en appel des anciens salariés FNE et autres a eu lieu le 19 septembre. Nous déplorons ce jour-là l’absence de Maître Médeau (remplacé par Maître Léostic).

Le délibéré aura lieu le mercredi 23 novembre (merci Jean-Luc).

Concernant les FNE cadres, et pour des raisons qui nous échappent, le jugement a été reporté et n’aura lieu que le 12 décembre (merci Marie-Agnès).

Nous suivons toujours de près l’affaire des plafonnés et de l’appel de la décision du tribunal concernant P. Jarlot.

Les permanences ont toujours lieu le jeudi de 17h00 à 19h00. Une présence de temps en temps de chacun serait souhaitable, car le bénévolat a ses limites et les informations ne tombent pas du ciel.

Amitiés à tous

 Le bureau de l’association

28-octobr-a-decembre-2010 0553 [640x480]

 

Voir les commentaires

Charly nous a quittés

2 Septembre 2011, 10:40am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Grande tristesse en ce jour du 2 septembre, car notre ami Charly REY vient de décéder, emporté par l’amiante.

Charly a été à la pointe du combat des Thomé-Génot, mais aussi un soutien très actif du combat des Lenoir et Mernier-LCAB.

Mais plus que cela encore, Charly a donné une grande partie de sa vie au combat pour plus de justice sociale. Et cela avec humilité et un profond respect des autres.

Humaniste, combatif, amitieux, dévoué, humble…Aucun mot ne serait assez fort pour décrire tout ce qu’était Charly.

C’est avec une profonde tristesse que notre association adresse à toute la famille et aux amis de Charly nos plus sincères condoléances.

Photo-Pa-192.jpg

Voir les commentaires