LENOIR ET MERNIER - LCAB

Prud’hommes : Ils ont besoin d’un juge professionnel !!

27 Février 2009, 17:51pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

 Lors des délibérations les conseillers prud'hommes ont été partagés sur la décision à prendre concernant le dossier Lenoir et Mernier-LCAB.

Un juge professionnel sera nommé afin de trancher l’affaire le 30 mars 2009 à 9H00.

Pourtant l’affaire semblait gagnée d’avance, le dossier s’appuyant sur des jurisprudences incontestables et sur les aveux de P. Jarlot, ne laissant aucune place au doute concernant le licenciement abusif des salariés.

Alors que s'est-il passé ???

Les deux conseillers salariés se sont prononcés en tenant compte des éléments du dossier, par contre il semblerait que les deux conseillers patronaux se soient prononcés en tenant compte des directives du MEDEF.

À noter qu’un des deux conseillers patronaux s’appelle Jean-Michel LESSIRE et qu’il dirige l’entreprise des ateliers des Janves à Bogny-sur-Meuse. Un enfant du pays comme on dit !!

Il est permis de penser que les représentants patronaux n’ont pas fait preuve d’analyse objective, en préférant défendre des intérêts patronaux que de juger en toute indépendance.

Il est permis de douter de la légitimité de la juridiction prud’homale incapable de trancher une affaire aussi simple, pour des raisons idéologiques.

Il est permis tout simplement de douter de la justice, incapable de rétablir dans leur droit des salariés dont la majorité est toujours au chômage.

   

 
    

  Vidéo cliquer sur le lien : http://michele.leflon.over-blog.com/article-28435522.html

  FR3 régionale le19/20 Champagne-Ardenne vendredi 27 février  
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c51a_1920
Merci au NPA de relayer l'information : http://npa08.over-blog.com/

Voir les commentaires

Vendredi…La décision !

23 Février 2009, 08:47am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Vendredi 27 février à 9H00 au tribunal des prud’hommes sera rendu la décision du jugement concernant l’indemnisation des anciens salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

En attendant pour nous porter chance, voici un nouveau poème de notre merveilleuse Pascale.

 

Cœur d’Ardennes                                                               

 

Il est un coin de terre
Proche de la frontière
Un monde d'ouvriers
Emprunt de digité

Les mains sont rudes et vigoureuses
Les âmes pures et chaleureuses
Force tranquille et sous-jacente
Le sanglier nous représente

Le soleil, parfois nous oublie
C'est vrai, souvent le temps est gris                        
Mais comme le vent, comme la pluie
Ici, les gens sont du Pays

Il est un coin de terre
Où l'homme a le cœur fier
Au fond de ces vallées
Si souvent oubliées

 

Pascale TASSOT

 

Voir les commentaires

Dossier du mois : La vérité sur...

16 Février 2009, 08:37am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

LE PLAN MASSENA

Pascal Masséna avait-il besoin de Philippe Jarlot pour élaborer un plan de redressement ou devait-il se séparer de Jarlot et élaborer un projet avec les salariés et l’encadrement ?

Malheureusement P. Masséna a dans un premier temps choisi la première option. Nous ne pouvions donc le soutenir tant qu’il n’avait pas rompu les liens avec le PDG qui a conduit l’entreprise à la catastrophe. Pour autant nous ne pouvions envoyer dans le mur, un projet qui préservait plus de 100 emplois.

Nous avons donc accepté un audit commandité par Maître Stackler, suivi d’un second audit par le cabinet spécialisé COHESIUM et officiellement nommé par les pouvoirs publics, le conseil régional et général et notre député. Ces deux audits ont conclu à la faisabilité du projet Masséna dans sa conception industrielle et commerciale.

Parallèlement, le comité d’entreprise missionne le cabinet d’expert comptable Syndex, qui met des réserves sans rejeter la validité du projet.

Malgré cela la coalition gauche-droite du conseil général demande un énième audit qui condamne le plan de reprise dans sa faisabilité. À signaler que cet audit n’a jamais été communiqué et qu’il a été effectué par un retraité attaché au conseil général, sans mission officiellement reconnue par un cabinet d’expert.

Et pourtant c’est seulement sur la base de cet audit d’une feuille, que le conseil général refuse de consentir un prêt (avec remboursement garanti) de 700 000 €, afin de financer un projet de reprise de 100 salariés, approuvés par un audit officiel.

Le comité d’entreprise pour avoir eu en main les différents projets, peut affirmer que le projet Masséna-Sevestre (dont Jarlot avait été retiré) était (hormis celui de la SCOP) le plus abouti des projets de reprise et qu’il permettait le maintient du maximum d’emploi.

Ensuite bien sûr, le fonds d’investissement est arrivé, permettant de ne plus sollicité de prêt.  Mais il était trop tard et la plupart des acteurs politiques, économiques et patronaux avait déjà fait leur choix et l’avait fait savoir. Nous n’avons donc été qu’a moitié étonné quand le procureur de la république, sans notre accord, a demandé au tribunal du commerce de modifier son premier jugement, conduisant ainsi a rejeter le plan MASSENA.

 

Les questions que nous pouvons légitiment nous poser :

Ø  Pourquoi le projet Masséna a-t-il été condamné sans explication ?

Ø  Pourquoi avoir volontairement ignoré l’audit Cohesium. Le seul audit officiel ?

Ø  Pourquoi le projet de reprise de J.M. Lambert (Anco’s) n’a pas donné lieu à un audit ?

Ø  La personnalité atypique du Parisien Masséna a-t-elle joué face à Monsieur Lambert (vice-président de la chambre du commerce, vice-président des patrons de la métallurgie ardennaise, membre du comité de pilotage du CTP…) ?

Ø  Pourquoi l’avis du comité d’entreprise n-a-t-il jamais été pris en compte dans les décisions ?

Ø  Pourquoi avoir attendu pour porté plainte sur les 300 000 euros prêtés à P. Jarlot, et pourquoi s’en servir d’argument justifiant le refus d’un prêt à P. Masséna ?

Ø  Sur quel fondement industriel, économique ou financier le conseil général, le tribunal du commerce et le liquidateur se sont-ils basés pour accréditer leur choix ?

Ø  Pourquoi avoir voulu rendre les salariés coupables de vouloir maintenir le maximum d’emploi ?


Des questions dont nous n’auront sûrement jamais les réponses, tant que les petits arrangements sembleront dicter la conduite politique.


 

Voir les commentaires

Prud’hommes : Audience du 12 février

12 Février 2009, 15:12pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

 

Après une ultime tentative de la partie adverse de repousser l’audience, les plaidoiries ont pu enfin avoir lieu.

En effet, Les avocats des AGS et de Maître BRUCELLE ont tentés de repousser l’audience dans l’attente de la condamnation de l’ancien PDG de Lenoir et Mernier-LCAB. Les conseillés prud'hommes ont rejeté cette demande de sursis à statuer, laissant à Maitre MEDEAU exposer les motifs de la demande d’indemnisation des salariés.

Les avocats de la partie adverse ont manœuvré afin de créer la confusion en dissociant les différentes demandes.

Les conseillers prud’hommes se réuniront pour délibérer et le jugement sera rendu le vendredi 27 février à 9H00.

 

Malgré la viabilité reconnue de l’entreprise, 150 salariés se sont retrouvés à la rue suite au pillage de l’outil de travail et de la trésorerie. La grande majorité des anciens salariés sont encore à ce jour sans emploi, leur rendre justice c’est tout simplement faire preuve d’humanisme envers des salariés qui ne demandaient qu’à travailler.


 
Les plaidoiries en image : http://michele.leflon.over-blog.com/article-27873333.html

Voir les commentaires

RAGUET en dépôt de bilan

8 Février 2009, 14:52pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Cette entreprise de forge-estampage installée à Bogny-sur-Meuse et Monthermé vient de déposer le bilan suite à une déclaration de cessation de paiement.

Cette société vieille de 130 ans risque d’allonger la triste et longue liste des fermetures d’usines dans notre vallée verte.

187 salariés risquent de pointer au CTP, si à l’issue des 6 mois de poursuite d’activité aucune solution n’est trouvée. Maître STACKLER étant désigné comme administrateur judiciaire.

Notre association apporte aux salariés de la société RAGUET toute sa solidarité, restant disponible pour une éventuelle aide active.



Les informations se croisent, mais ne se ressemblent pas.

Raguet en redressement judiciaire ou pas ?

such is the question ?

 

Voir les commentaires