LENOIR ET MERNIER - LCAB

Le critérium…Le cri des hommes

31 Mars 2008, 20:55pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB


 

Voir les commentaires

Notre Pasionaria

24 Mars 2008, 09:09am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

 

 












 





 

 

Voir les commentaires

Après les discours, les salariés attendent des actes

22 Mars 2008, 18:35pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

18 Décembre 2006, lors de la venue de Nicolas SARKOZY dans les Ardennes :  « J'ajoute que, quand je pense aux salariés de Thomé-Genot, je n'ai aucun état d'âme à ce que les pouvoirs publics assument les conséquences de tels désastres sociaux, lorsqu'ils se sont révélés aussi défaillants et impuissants à les prévenir ».

 

§  Dans un communiqué du 15 février la préfecture s’engage auprès des salariés à soutenir la demande d’entretien à l’UIMM pour l’indemnisation des salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

§  Dans un communiqué en date du 18 février L. VUIBERT (Secrétaire de l’UIMM Ardennes) demande à l’état de prendre sa responsabilité dans le versement d’une prime au personnel licencié.

§  Dans une lettre en date du 20 février, F Saint-GEOURS (Président de l’UIMM national) admet le caractère particulier de la situation des salariés au regard de leur qualification.

§  Dans une lettre en date du 21 Février, G. SPIRE (président de la chambre du commerce) reconnaît les circonstances particulières et soutient la demande de rendez-vous à l’UIMM pour l’indemnisation des ex-salariés.

§  Dans un communiqué du 4 mars, E. PILARDEAU (Maire de Bogny-sur-Meuse) soutien la prise en compte des revendications du personnel Lenoir et Mernier-LCAB.

§  Dans un mail du 13 mars P. CORDIER (Conseiller général) informe qu’il prépare des solutions intéressantes.

§  Le 14 mars, M. LEFLON (Conseillère régionale) porte plainte auprès de la gendarmerie contre l’UIMM afin que soit indemnisé les salariés.

§  Dans un Mail en date du 15 mars, B. RAVIGNON (Conseiller général) ne voit pas de raisons de faire de différences entre Thomé Génot et Lenoir et Mernier.

§  Dans l’Ardennais du 20 mars P. VUILQUE (Député) soutien la demande d’un médiateur.

§  Dans une lettre adressée aux salariés le 22 mars, J.P. BACHY (Président du conseil général) reconnais le principe d’une réparation du préjudice moral.

§  Au conseil général du 22 mars, B. HURE (Président du conseil général) propose une table ronde et accepte de négocier sur les bases d’un accord proposé par les salariés et reprenant le principe de l’accord Thomé-Génot.

 

L’ensembles des acteurs économiques et politique toutes tendances confondues reconnaît le caractère exceptionnel et particulier des ex-salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

Chacun à divers degrés est favorable à une indemnisation.

Le préjudice moral semble reconnue et sa spécificité ne pouvant ainsi créer de précédents.  

Si l’indemnisation en toute logique aurait due être versée par l’UIMM, il n’est pas exclus que l’ensemble des collectivités locales et des services de l’état participe à cet effort de solidarité.  

Il est inconcevable de reconnaître le caractère exceptionnelle et de soutenir une indemnisation par les employeurs et ne pas s’engager solidairement.

 À n’en point douter les contribuables apprécieront cette démarche, comme ils l’ont approuvé pour les salariés de Thomé-Génot.

Les dispositifs existants pour les entreprises du département ou de la région, vont dans le bon sens, mais ne sauraient satisfaire les salariés dans l’indemnisation de ce que tout le monde s’accorde à reconnaître, sans vouloir en assurer son financement.

Nous en appelons à la compréhension des pouvoirs publics afin de ne pas faire du mardi 25 mars un nouvel échec des négociations, qui conduirait inévitablement a une profonde déchirure.

 

SUITE 

 

Hormis Michèle Leflon, aucun des élus n’a concrétisé ses paroles ou ses écris dans les actes.

Les élus de gauche nous ont entraînés contre l’UIMM, sans jamais avoir la volonté politique d’aboutir. Ils nous ont menti !!!

Les élus de droite fidèles à eux-mêmes ont jusqu’au bout protégé le portefeuille des patrons honnêtes ou malhonnêtes.

L’UIMM (patrons de la Métallurgie) Unis derrière leur ex-président Gautier Sauvagnac, n’ont jamais voulu dénoncer un comportement pouvant conduire à la liquidation d’une entreprise.

L’état et la préfecture incapable de gérer la situation ont  laissé s’enliser un mouvement, aggravant ainsi l’image d’un département sinistré.

L’union sacrée BACHY, HURE, COMOLLI, VUIBERT accompagné des satellites Vuilque, Cordier, Pilardeau, Ravignon, Collet, Blondel, unis dans un front commun contre les salariés Lenoir et Mernier-LCAB, porteront longtemps la responsabilité de ce gâchis humain.

 

 

Voir les commentaires

Tous ensemble, plus loin, plus fort !!

19 Mars 2008, 19:38pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Mardi 25 mars à 18H00, rendez-vous à la préfecture pour une réunion décisive.

La base de discussion sera le projet d’accord proposé par les salariés Lenoir et Mernier-LCAB.

Seul un accord convenable permettra aux salariés de retrouver calme, dignité et confiance dans le système politique Français.

En cas d’échec, nous sauront désigner les coupables de ce désastre humain.


 Photo-036.jpg
Photo-067.jpgPhoto-058.jpg 

Voir les commentaires

Lettre ouverte à SARKOZY

19 Mars 2008, 06:49am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Monsieur le Président de la République,
 
Lenoir et Mernier-LCAB sous le feu de l'actualité en appelle une nouvelle fois à la justice sociale.
Un communiqué de Christine LAGARDE rejette les demandes des salariés, sans en avoir étudié les motivations.
 
Bien sûr que nous voulons retrouver le chemin du travail, même si nous en connaissons les difficultés dans une vallée sinistrée.
La reconnaissance d'un préjudice, la dignité des ouvriers aurait-elle perdu toute valeur morale en France, au point que seul un dignitaire Belge en a compris la portée.
 
Face à la menace de déversement d’acide, les pouvoirs publics répondent par le silence. Aucun contact avec Madame la Préfète depuis environ un mois.
Est-ce les arrêtés préfectoraux et documents en notre possession, constatant une véritable pollution de la Meuse par l’entreprise depuis de nombreuses années, qui justifie ce ‘ laissé faire’.
 
Monsieur le Président, si vous prenez connaissance de cette lettre, sachez que les salariés Lenoir et Mernier-LCAB après six semaines de conflit, aspirent à retravailler. Mais la situation particulière ayant conduit à la liquidation, l’handicap personnelle de beaucoup d’entre nous, ainsi que le sentiment d’abandon des pouvoirs publics, nous conduit à poursuivre ce combat pour la dignité.
 
Monsieur le Président, nous souhaitons votre intervention ou une rencontre afin de retrouver, calme et sérénité dans une France qui a besoin de courage et d’ambition et non de désespoir et d’injustice.
 
Cordialement
 
Claude CHOQUET
Porte parole des salariés Lenoir et Mernier
Délégué syndical CFDT
Secrétaire de l’union locale CFDT du Canton de Monthermé
 
 
 

Voir les commentaires

La provocation de Bercy

18 Mars 2008, 20:45pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Mardi 18 mars à 18h00
 
"Il n'appartient ni à l'Etat ni aux collectivités locales de verser une prime supra-légale à des salariés licenciés dans le cadre d'une liquidation judiciaire. Il ne sert donc à rien de nommer un médiateur pour négocier avec les pouvoirs publics l'octroi d'une telle prime", indique un communiqué du ministère de l'Economie et de l'Emploi.
 
Le représentant de l’état, Monsieur BLONDEL (secrétaire général de la préfecture) aurait-il menti aux représentants des salariés ou n’a-t-il pas plus de pouvoir que la balayeuse de la préfecture ?

Tous à l’usine demain matin pour réagir.
 

Voir les commentaires

Un médiateur....Venu de Belgique

16 Mars 2008, 10:05am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Malgré la menace de pollution à l’acide, malgré les débuts d’incendie, la préfecture a répondu aux salariés licenciés par un silence méprisant.

Hormis la visite du Maire de la commune, Erik Pilardeau et l’action efficace de Michèle Leflon (conseillère régionale) les élus brillaient par leur absence.

Le pire pouvait se produire !!

La solution est arrivée du Sénateur-Maire de Dinant, qui a fait le déplacement de la Belgique pour venir soutenir et convaincre les salariés de ne pas commettre d’actes incontrôlés.

Il a proposé sa médiation avec les autorités Françaises afin d’aboutir à un véritable dialogue permettant de mettre fin à ce conflit.

Un élu Belge a su parlé aux salariés, les comprendre et les convaincre d’attendre jusqu'à mardi. Quelle leçon pour les services de l’état et les élus Français !!




 
Photo-310.jpg Photo-317.jpg
Photo-320.jpg Photo-323.jpg
Photo-331.jpg 

 

Voir les commentaires

Entendez le cri du coeur !

13 Mars 2008, 21:20pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Inspiration Nocturne
 
 
Dans les Ardennes profondes
Au cœur de nos vallées
Se propagent comme une onde
Nos chères usines fermées
 
Triste destin de vies
Au travail arraché
Tristesse d’un pays
Qui se sent oublié
 
Qui sont ces hommes
Poussés sur le trottoir
Qui sont ces hommes
Unis par le désespoir
 
Une poignée d’ouvriers
Qui refusent de plier
Une poignée d’ouvriers
Emprunts de dignité
 
Au désarroi de ses hommes
Une réponse : les uniformes
Mais il faut qu’ils comprennent
Que ce pays d’Ardennes
 
Terre de résistants
Terre de militants
Jamais ne baissera le front
Sous la menace de l’oppression
 
Pascale TASSOT
Salariée de Lenoir et Mernier

Voir les commentaires

Sont-ils devenus sourds ?

12 Mars 2008, 19:42pm

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

Dans les coulisses de la préfecture, les petits fonctionnaires s'activent…
Ils espèrent toujours qu’en nous jetant un os, on va se précipiter dans leurs bras pour leur lécher la main.
 
Alors ok pour améliorer les dispositifs de retour à l’emploi, mais à condition que la préfecture se nettoie les oreilles, et arrive à entendre notre demande de reconnaissance du préjudice morale, par la nomination d’un médiateur.

 

Voir les commentaires

Une table ronde scandaleuse

11 Mars 2008, 07:19am

Publié par LENOIR ET MERNIER - LCAB

La table ronde tant attendu par les ex-salariés Lenoir et Mernier-LCAB s'est révélé être une véritable parodie de négociation allant jusqu’au mépris des personnes licenciées.

Aucune personnalité de premier plan, mais des seconds couteaux, même Madame la Préfète n’a pas daigné rencontrer les représentants des salariés. C’est vrai qu’il est plus facile d’envoyer des CRS.
Alors que les délégués du personnel attendaient des réponses précises, les représentants patronaux, Messieurs VUIBERT, STEVENIN, De St GILLES, ont poussé l’arrogance jusqu'à refuser de condamner les pratiques douteuses de l’ancien PDG, et de reconnaitre le préjudice moral, même a hauteur de l’euro symbolique. En cela relayé par Monsieur BLONDEL le représentant de la préfecture.
Tant bien que mal M. GONOT le directeur départemental du travail s’aventura à faire une proposition permettant d’améliorer le CTP.
Les élus présents le député Philippe VUILQUE, le représentant du conseil général Monsieur ROBERT et le Maire de Bogny sur Meuse Eric PILARDEAU, ont promis des aides au reclassement et à la formation.
Les représentants du syndicat CFDT J.M BERTHIER et B. CUNNY ont eu beaucoup de difficultés pour faire comprendre la position des salariés licenciés.
Les élus du personnel ont renouvelé la demande d’un médiateur afin de trouver une solution et permettre de calmer les esprits. La réponse catégorique du représentant de la préfecture a été de dire « Aucun médiateur, notre rôle sera de faire régner l’ordre public ». C'est-à-dire continuer d’envoyer les CRS contre des pères et des mères de familles au chômage.
Le personnel Lenoir et Mernier-LCAB, réuni en assemblée générale à l’issue de cette réunion, ont décidé d’intensifier les actions et de demander l’intervention au plus haut niveau de l’état afin qu’une personne responsable prenne enfin en compte la demande de médiation.
  Photo-273.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>